Des trains vraiment pas comme les autres…

Hello la famille, les amis, les amoureux du train,

     Nous avons testé deux types de train en Russie.
Tout d’abord, le Sapsan Saint Petersbourg /Moscou, soit 800 km. C’est l’équivalent du TGV français. Enfin, équivalent, disons que c’est un train à grande vitesse, mais que nous avons eu un service de roi dans celui-ci.

Arrivée une heure avant le départ, les bagages sont fouillés comme à l’aéroport, l’accès au quai réservé aux voyageurs munis d’un ticket et l’accès au train se fait sur présentation du passeport.
Ayant pris place dans le wagon restaurant, nous avons eu la surprise d’apprendre que notre billet nous donnait droit à 2000 roubles par personne de boissons et nourritures. Nous scrutions la carte, surpris, car 2000 roubles semblaient vraiment beaucoup. Nous n’y croyions qu’à moitié et malgré notre commande d’entrée/plat/dessert/boisson /café, nous étions encore loin du compte.
Une heure plus tard, notre serveuse nous indiquant la fin de son service nous proposera de nous faire un doggy bag pour clôturer notre compte et utiliser notre crédit, avec des sandwichs, des barres chocolatées et du chocolat.

On acquiesce et la voilà qui revient avec deux énormes sacs remplis de 14 plaquettes de Ritter sport, de 4 sandwichs et d’autres barres de chocolat.
Niveau régime, c’est fichu. Niveau surprise, c’est génial !

Le train est extrêmement propre et super confortable. Il y a même un vase avec une vraie fleur sur chaque table et le wagon est décoré pour les fêtes de fin d’année.
C’est vraiment le top.
Départ pile à l’heure, arrivée pile à l’heure. Un service optimal.

Ensuite, nous avons emprunté le « transsibérien ». Notre itinéraire de Moscou à Irkoutsk en 4 jours et autant de nuits en deuxième classe, c’est à dire en compartiment couchette de 4 personnes aura été un peu plus mouvementé que le trajet en Snapsan. 5 205 km quand même !

Pas de fleur sur les tables et pas de deco autre que dans le wagon restaurant, juste à côté du nôtre .

Nous prenons place et calons nos divers sacs dans les coffres sous les banquettes quand soudain arrive Alexsandra, dit le cerbère.
Elle nous donne une foule d’ordres en russe qu’on ne comprend pas, mais on comprend que madame nous dit de dégager nos sacs. Nous nous exécutons en hâte et nous nous asseyons tous les trois sur la couchette basse en regardant ce dragon s’installer avec nos têtes éberluées.
On se dit que le voyage promet…
Ma mère se met alors à lui parler russe.
Rapidement, on apprend qu’elle ira presque jusqu’au même arrêt que nous. C’est pas la joie. (1 jour de moins tout de même…)

Avec Tony, on squatte le couloir pendant que ma mère lui sort des petites répliques bien choisies.
Eh oui, cerbère s’étonne de ne pas voir nos verres pour le thé, alors qu’elle a pris possession de la table à elle seule avec sa tasse en porcelaine et sa cuillère en argent. Bim ! maman lui dit que nous n’avons pas pu sortir nos affaires, vu la furie qui nous est tombée dessus lors de notre installation. Cerbère s’excuse alors et on peut enfin sortir nos affaires.
Et re bim, nous on a nos sacs de bouffe et pas elle.

Alors, ici aussi on a droit à un repas. On n’a pas tout compris, on croyait que c’était un par jour, mais on n’a eu qu’un plat durant tout le voyage donc,… bon. Et quel plat… un énorme paquet de polystyrène (beurk le plastique) avec une grosse cuillerée mais une seule, d’une tambouille indéfinissable. Ah ben, ça cale pas l’estomac … et les prix du restaurant sont un peu élevés si on compare à la vie russe.
Du coup, on pioche dans nos réserves de nouilles chinoises et de soupe, de pain et de chocolat et ça fait l’affaire.

Cerbère n’a pas fini avec ses ordres. Elle décide quand on ferme le rideau, la porte et la lumière et fixe les horaires de coucher et de lever. Étrangement, on ne dit mot et docilement, on obéit, mais ce n’est pas sans maugréer dans le couloir. Pauvre maman qui a avoué avoir appris le russe au lycée, voilà que cerbère lui impose la conversation, tout en l’empêchant de dormir, et qui s’énerve lorsqu’elle ne comprend pas du premier coup les dictons et autres citations qu’elle lui donne. Mais grâce à la relation de confiance établie grâce à la patiente écoute, cerbère finit par donner du thé, du chocolat, des serviettes et prête même son couteau ! Enfin, cerbère est amadoué…

Concernant le train, à chaque arrêt du jour et de la nuit, les agents tapent sur les suspensions des wagons avec des barres de fer pour faire tomber la glace. La première fois, cela surprend, le bruit est sourd, mais violent.

De chaque côté du wagon, des wc. D’un côté, une poubelle. De l’autre, le sacro-saint samovar rassurant nous approvisionne avec de l’eau chaude, et enfin, il y a un robinet d’eau froide également.

Deux femmes par wagon, les toutes puissantes provonitsas , s’occupent du contrôle des billets, du ménage (chaque jour elles passent l’aspirateur et font la poussière), elles nettoient très régulièrement les toilettes et vident les poubelles également. Elles descendent à chaque arrêt et surveillent les accès au train.

Le train est équipé d’un wagon bar où l’on peut consommer des repas ou des boissons. L’équipage du wagon bar est composé d’un serveur et de deux femmes, dont une qui passe dans chaque wagon régulièrement tout au long de la journée pour proposer des chips, saucisses, pirojkis et pizzas. Et même des glaces !

Les journées sont courtes, on traverse plusieurs fuseaux horaires pour atteindre h+5 de Moscou à notre arrivée à Irkoutsk.
Il fait plutôt chaud dans le train (24 degrés) et dehors, nous voyons les étendues de neige et la température descendre à -26 degrés.

A Ekaterinburg, deux italiens, une mère et son fils, ont pris la place des 3 paysans bruyants au russe incompréhensible (même par cerbère raciste et méprisant ) dans la couchette à côté de nous. Le fils parlait français et nous a donné des infos sur la Mongolie et la Chine que nous allons bientôt traverser.

Dans le train, on s’observe, on scrute chaque gare et la température indiquée, on regarde les paysages et les tempêtes de neige, mais 4 jours et 4 nuits sans mettre le nez dehors, c’est long. Très long… Une fois le cerbère descendu, nous prenons nos aises dans le compartiment et on compte les heures avant l’arrivée. On sature. Même si on appréhende les -36 degrés qu’on nous annonce en ressenti à Irkoutsk.

Enfin, voilà niveau train, on a goûté au luxe du Sapsan, puis au transsibérien. On est contents malgré l’ennui, car ce train vit ses dernières heures. En effet, il devrait prochainement être remplacé par des trains à grande vitesse et son charme suranné tombera dans les souvenirs.

Une chose est sûre, la Russie est un immense pays dont on ne peut que se demander comment son peuple réussit à vivre dans de telles conditions climatiques…

Incroyable. Quelle force ! Quel courage !
Tout cela nous laisse admiratifs…

11 Replies to “Des trains vraiment pas comme les autres…”

  1. Belle expérience !

  2. Très instructif tous ces commentaires sur les conditions de voyage en Russie. Je ne savais pas que le célèbre Transsibérien allait disparaitre dans sa version actuelle mais en tout cas effectivement on ne peut qu’être admiratifs que des trains roulent dans des conditions aussi extrêmes. Ils sont vraiment très forts et très courageux. En tout cas, ça nous aide à relativiser quand on se plaint des conditions climatiques.
    Dommage je n’ai pas pu voir la vidéo …
    Merci encore de nous faire partager vos souvenirs et bonne continuation

    1. Merci MP. C’est sur qu’ils sont équipés pour le froid mais ils n’ont pas le choix !

      Pour la vidéo dans l’onglet curiosités tu retrouveras le lien de notre chaîne YouTube avec toutes nos vidéos. Mais il faut avoir accès à YouTube 🙂

  3. Daniel et Francine dit : Répondre

    Merci de nous faire voyager à travers cette épopée ferrovière. La boite à souvenirs commence à se remplir , c’est génial ! Bonne continuation.

    Daniel

    1. Merci de nous suivre et de merci pour les commentaires c’est super sympa 🙂 oui avec un an de voyage on va engranger encore plus de souvenirs que d’ordinaire !

  4. Merci pour tout, je viens de donner le nom du blog aux enfants pour vous suivre et suivre léo.

    1. Ahah on a même pas eu le temps de te le dire que tu l’as déjà vu 😉 on prépare les autres photos mais on a pas eu un bon accès internet dernièrement.
      Bisous et merci

      1. ah ben non, désolée, si c’est un jeu à la « où est charlie? » ça peut être drôle mais dans ces cas là je dois être nulle car en fait je n’ai rien vu. Quant à la dernière vidéo, je ne sais pas si c’est moi mais elle apparaît indisponible.
        Je vous embrasse fort… et il faut essayer les oeufs fécondés;-)

        1. Sur le blog nous avons créé un onglet Léo. Juste après celui du tour du monde. Léo a donc une page spéciale sur le blog avec sa propre galerie de photo 😉
          On t’embrasse également et pour les œufs on est moyen chaud pour goûter …

  5. Des trains vraiment pas comme les autres, c’est un magnifique reportage! Moi non plus, je n’arrive pas à accéder à la vidéo, aux autres oui, mais à pas celle-ci je crois bien 🙁

    1. Oui j’aime beaucoup l’émission 😉
      Merci pour ton retour pour la vidéo. Nous allons voir ce qui se passe …

Laisser un commentaire