Hiver : s’habiller quand il fait froid !

Hello la famille, les amis, les amoureux du grand nord et du froid.

Aujourd’hui, nous venons partager avec vous nos astuces pour ne pas avoir froid l’hiver en randonnée ou à vélo.

D’ailleurs un proverbe suédois dit : « det finns inget dåligt väder, bara dåliga kläder »
(il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements).

La base, c’est de se couvrir quand il fait froid, mais il faut aussi savoir s’habituer au climat. Je ne supporte pas de voir des gens attifés de chapkas et de doudounes alors qu’il fait 15 degrés. Moi aussi, j’ai froid l’hiver, mais il faut donner du temps à son corps pour s’adapter.

Qu’on vive au Sahara ou en Laponie, nous avons tous le même corps, notre capacité d’adaptation est incroyable, mais il ne faut pas succomber à l’abus de confort. En effet, le jour où l’on sort de sa bulle de confort, pof, on tombe malade, ben oui, le corps ne sait plus s’habituer… Mais avec un petit effort, vous verrez qu’on est capable de de s’adapter et qu’on s’en sent bien mieux.

Et puis, c’est dans la tête de toutes façons. Quand j’entends mes collègues se plaindre d’avoir trop chaud à 24 degrés l’été et d’avoir trop froid à toujours 24 degrés l’hiver, c’est qu’il y a un souci. Je suis en train de relire un livre sur Alexandra David-Neel et elle parle du Tummo, une technique de méditation qui permet de contrôler le corps et sa température. Il s’agit de prendre une douche froide, ne pas se sécher et rester très peu couvert dans les montagnes du Tibet. Il faut faire naître le feu en soi pour se réchauffer. Et ces yogi ne meurent pas de froid, ils n’ont même pas de brûlures ou d’engelures, comme quoi, concentré et à l’écoute de soi, on peut tout guérir et contrôler.

« Je suis sûre que c’est maîtrisable » dit Tony. Pour avoir fait une randonnée en montagne, dans les Pyrénées en hiver avec Minuccia et la voir en short et en t-shirt avoir chaud alors que nous croisions des randonneurs emmitouflés dans de grosse doudoune, ça paraissait surréaliste, et pourtant, elle n’est pas tomber malade, ni rien !

Alors, y’a pas de secret, il suffit de superposer les couches pour ne pas avoir froid. On emprisonne de l’air entre les couches, ça augmente l’isolation et ça diminue la déperdition de chaleur, magique.
Exit le maxi pull sur le t-shirt, revenez à la technique de mamie et adoptez le Damart (on en trouve chez Décathlon et Uniqlo aussi). Le sous-vêtement technique près du corps qui va évacuer la transpiration, c’est l’idéal.
Pour la vie de tous les jours, hop, on l’enfile sous le polo ou la chemise et c’est le top avec un gilet en laine. Pratique, ces trois couches, dès qu’on rentre dans un bâtiment, on peut enlever rapido le gilet et quand on sort, rajouter un bon manteau coupe vent, chaud et imperméable et voilà, le tour est joué.  Évidemment, on rajoute bonnet, gants et écharpes pour finir de se couvrir.

Les trois couches, c’est bien, mais encore faut-il savoir quelles couches faire intervenir, et surtout dans quel ordre !

On va chercher à éviter la transpiration, même pendant l’effort, oui, oui et cela passe par un bon choix de la première couche :

1. la couche respirante, la base

Celle qui est contre la peau. Il faut absolument porter des choses respirantes près du corps pour ne pas transpirer en cas d’effort, mais également pour évacuer l’humidité naturelle de votre peau. En effet, l’eau évacue la chaleur de votre corps, ce qui n’est pas le top s’il fait froid.

sous pull
SOUS VETEMENT SKI HOMME 2WARM GRIS FONCE WED’ZE 12€

sous pantalon

On optera donc ici pour des matières naturelles comme de la laine, du coton ou des vêtements techniques, le petit Damart pour la vie quotidienne ou les t-shirt de sport, pour le sport. Oui, on évitera le coton pour la randonnée ou le vélo, car il absorbe l’humidité et sèche lentement.
Abordable chez Décathlon et beaucoup plus cher chez Patagonia, Icebreaker ou Odlo, par exemple.

Tony opte pour les vêtements seconde peau techniques de sport d’hiver de Décathlon, Minuccia pour Helly Hansen. On rêve de tester la laine mérinos…ces vêtements qui sont plus chauds même s’ils évacuent légèrement moins bien la transpiration, sèchent moins vite et sont plus fragiles.

-> En bref, pour le sport, la couche de base doit évacuer la transpiration rapidement, absorber faiblement l’humidité et sécher rapido.

2. la couche isolante, intermédiaire

polaire femme
Veste polaire de randonnée montagne femme Forclaz 200 bleu emboss QUECHUA 15€

Maintenant, on va poser au dessus des sous-vêtements techniques, la couche intermédiaire, pour s’isoler de l’extérieur et ainsi retenir la chaleur de notre corps. On va donc utiliser tous les vêtements qui peuvent emprisonner de l’air, comme les vêtements en maille, molletonnés ou avec du duvet, comme pour certaines doudounes.

Facile à enlever, il faut qu’elle soit chaude et on optera, la plupart du temps, pour du polaire. Le polaire, c’est cool, ça protège du froid, même quand c’est humide, ça permet de transférer l’humidité à la couche externe et de sécher rapidement. Par contre, le duvet isole beaucoup mieux.

Nous avons tous les deux choisi des polaires à zip, faciles à enlever et qui permettent de réguler le chaud, ouvert, fermé, mi-ouvert, bref, on module. Une polaire icepeak performance pour Tony (un vieux modèle dont nous ne retrouvons pas la référence et le prix sur internet) et une polaire colorée pour Minuccia, de Décathlon. Bien sûr, Eider et Icebreaker proposent de super modèles, mais dans un budget plus élevé.

Doudoune femme
Doudoune randonnée femme X-Light 1 bleu clair QUECHUA 25€

Doudoune homme

Et puis, en cas de super grand froid et surtout pour les pauses, on a pris des doudounes Décathlon, super chaudes et légères. En effet, vous pouvez rajouter des couches si vous avez froid, mais uniquement dans cette couche intermédiaire. Inutile d’avoir deux couches de base ou deux couches de par-dessus.

-> Donc, une bonne couche intermédiaire doit tenir chaud, mais aussi transférer l’humidité à la couche externe et sécher rapidement.

3. la couche imperméable, le par-dessus

Là, on recherche la protection contre le vent et la pluie et puis, c’est avec elle que vous définirez votre look ! Laissez tomber votre K-way, l’effet sauna, non merci.

Bon, alors là, on connait tous The Northface, Eider,Columbia qui sont au top, mais assez chers. Il y aussi les marques suédoises Fjällraven et Haglöfs.

veste pluie femme

veste pluie homme

Mais nous, on est resté chez Décathlon avec un coupe vent imperméable solide, respirant, ventilé, et avec du stretch pour faciliter le mouvement. En plus, la veste est testée sous un orage de 100L eau/m2 durant 3 heures, avec un tissu 3 couches (10000 mm) donc, on ne craint pas grand chose avec la pluie. On a testé sous orage à vélo et on était bien au sec ! C’est vraiment le point le plus important, l’imperméabilité, dans ce genre de produit et pour faire votre choix.

-> Ainsi, une bonne couche externe doit vous protéger du vent, de l’humidité extérieure et évacuer l’humidité intérieure.

On a les trois couches sur le corps, haut et bas bien sûr, mais on oublie pas les parties les plus importantes : les extrémités.

Et là, on investit dans :

  • des gants dans lesquels on est à l’aise pour que l’air circule et chauffe, idéalement, on les choisit imperméables, on n’oublie pas les sous-gants en soie,
  • un bonnet couvrant les oreilles, une chapka si vous voulez (pas pratique à vélo)
  • de bonnes chaussettes qui doivent vite sécher et évacuer la transpiration,
  • des super chaussures, Sorel pour des jolies bottes ou Merrell pour des chaussures plus classiques, par exemple.

Bien sûr, tout est modulable. Les trois couches, c’est l’idée de base, mais par exemple, pendant l’effort, s’il y a beaucoup de vent et qu’il ne fait pas très froid, alors posez la couche intermédiaire. Ainsi, vous n’aurez pas trop chaud et pas trop froid.
Même chose s’il fait froid, mais beau et qu’il n’y a pas de vent, vous pouvez enlever la couche imperméable.

Il faut s’habiller en fonction de la météo ! Nous, on préfère courir quand il fait froid et qu’il pleut un peu, on évite la surchauffe, mais on préfère faire du vélo quand il fait beau.

Bon ok, on aime faire du vélo par tous les temps, mais du coup, nous adaptons les vêtements.
Cycliste l’été, mais collant (bretelles et plastron), chaud l’hiver.
A la mi-saison, on ajoute au cycliste des manchettes et des jambières.
L’hiver, on opte pour des sortes de cagoules pour se protéger le cou et le visage.
Minuccia porte des lunettes en toutes saisons, changeant les verres du blanc au foncé pour éviter de pleurer avec le froid l’hiver, garder les yeux ouverts sous la pluie et se protéger du soleil dès qu’il se montre.

Ah oui, on a failli oublier, on ajoute à tout cela, le casque (qu’on essaie de porter le plus souvent possible, même si on n’est pas fan) et le gilet jaune (le yellow safety jacket) pour être bien visible lorsqu’on n’est pas sur des pistes cyclables ou des voies vertes.

Et voilà, on espère qu’on n’ a rien oublié et que cet article astuces vous aura plu. Faites le nous savoir en commentaire et si vous avez d’autres astuces, n’hésitez pas à les partager avec nous pour le grand froid.

Laisser un commentaire