Le camping en voyage à vélo

Hello la famille, les amis,

Voici un article que l’on nous a demandé. Eh oui, il ne semblait pas évident de voyager à vélo et de faire du camping, aussi, vous proposons nous ici de détailler notre équipement bivouac lors de nos balades à vélo.

Partir à vélo, c’est le bonheur, la liberté, oui, c’est vrai, mais il faut être autonome et vu que nous comptons camper le plus souvent possible et ce, pas seulement par économie, mais surtout par goût, il faut être un minimum équipé.

Nous espérons bien sûr échanger avec les locaux comme nous le faisons depuis des années grâce à « Couchsurfing » et « Warm-Showers », deux systèmes d’échanges gratuits d’hébergements entre voyageurs trekkeurs à travers le monde. Minuccia y est très active et a même été en charge d’un groupe lors d’une de ses vies sédentaires, mais elle a surtout beaucoup accueilli de voyageurs, bien plus qu’elle n’a utilisé ces réseaux. Aujourd’hui, nous espérons que l’échange fonctionnera pour nous et que nous pourrons profiter de ces rencontres.

En ce qui concerne notre matériel de camping :

  • La tente :
    Nous voulions une tente, légère, 3 ou 4 saisons, totalement étanche et résistante au vent avec, cependant, une bonne ventilation.
    Nous utilisons ordinairement la vieille tente T2 ultralight pro de Décathlon qui n’existe plus, car ils ont bien amélioré le système, avec des absides permettant deux ouvertures, et non plus une seule frontale, mais nous y sommes habitués et elle nous convient parfaitement. Et puis, nous n’avons pas le budget pour racheter une nouvelle tente et nous en avons déjà deux, ce qui est plus qu’il n’en faut.
    Oui, nous avons la T2, mais nous avons également la T3. D’ailleurs, pour notre grand voyage d’un an, nous avons choisi de prendre la T3 (3kg) afin d’avoir plus d’espace et de pouvoir rentrer toutes nos sacoches dans la tente avec nous, sans être « trop » serrés.
    Et puis, il faut bien le dire, on supporte la T2 pendant deux semaines, mais ce n’est pas des plus confortables, elle est vraiment étroite et si quelqu’un veut sortir, il est difficile de ne pas mettre un coup de pied dans la tête de l’autre, ou d’écraser son coussin.
    Nous pensons que cela serait vite insupportable sur une année !Minuccia, très solitaire et indépendante, aurait vivement voulu que nous puissions changer de tente afin d’avoir les nouveaux modèles à 2 entrées et 2 absides pour pouvoir sortir sans rien dire de son côté.
    Avoir deux sorties et deux absides, c’est bien aussi pour cuisiner et puis, s’ il pleut ou s’il fait bien chaud, chacun peut avoir son accès à l’air libre.
    Cela ne sera pas encore le cas cette fois, il faudra faire avec, mais avec la 3 places, nous espérons avoir chacun notre coin tranquille dans la tente sans frôler l’autre.
    Le confort passe par un espace vital personnel, c’est très important.
    Pour nous isoler du sol, du froid et de l’humidité, nous ajoutons à celle-ci un tapis de sol. Il s’agit du modèle correspondant à la tente T3 ultralight de décathlon (ancien modèle donc).
  • Le sac de couchage :
    Nous ne sommes pas des plus fans des climats chauds, ainsi, notre tour du monde débutant en hiver par la Russie et continuant dans l’hiver pour un bon moment, nous avons opté pour un bon sac de couchage au duvet de plume de canard des Pyrénées. C’est le swing 700 de chez Valandre (1.1kg) qui a retenu notre attention. Nous les avions achetés pour notre voyage au Groenland. La température confort est de -15° et la température extrême de -30°.
    Mais, puisque nous partons avec la maman de Minuccia en Russie, nous n’allons pas camper. Dommage (ou tant mieux), nous ne testerons pas nos duvets à leur température extrême…
    Nous vous proposerons prochainement, un article test de produit sur ce super sac de couchage et les autres que nous possédons.
  • Le tapis de sol
    Avant, nous avions des matelas 3/4 auto-gonflants de chez Décathlon, le A100 à 20€ environ. Pour un poids de 400 g, un volume de 3,3 L, des dimensions de 117 x 50 x 2 cm et une housse de rangement.
    Ils sont super mais, pour partir un an en campement très souvent, on a choisi le confort et nous sommes passés à plus épais. Toujours chez Décathlon, trek forclaz air à 40€. Pour un poids de 550 g, un volume de 1,5 L, des dimensions de 180 x 50 x 5 cm, ses 9 boudins gonflables se gonflent rapidement à la bouche et il a sa housse de rangement. Il est idéal pour le trek à vélo, car vraiment très compact.
  • Le coussin
    On vous a déjà parlé de notre super trouvaille durant notre escapade sur la Moselle Radweg, nous avions acheté des coussins pour nous donner encore plus de confort, c’est le grand luxe.
    L’article détaillé des coussins est ici ,mais voici les caractéristiques principales : Air pillow Lite L Exped,Forme anatomique, Taille 48x30x12cm, Poids 80 g, Prix 26,95€
  • Le drap de soie (ou sac à viande)
    Petit indispensable pour le camping, quand il fait froid, il rajoute une couche et isole bien.
    Quand il fait très chaud, il fait office à lui seul de duvet.
    Nous nous en servons aussi dans les auberges de jeunesse pas toujours très clean.
    Toujours chez Décathlon, nous avons pris le modèle de base blanc. Attention à bien choisir de la soie et non pas du coton ou pire, du polyester.
    Il est super léger, 110g, et facile à laver, il sèche rapidement et est minuscule dans la sacoche. Il mesure 210cm de haut sur 85cm de large, mais il se range dans une toute petite housse, très pratique.
  • La lampe de camping
    Encore du confort ? Eh oui, nous vous en avions parlé, autre trouvaille durant notre Moselle Radweg, la lampe de camping, c’est comme si nous avions une tente éclairée pour 130g à porter.
  • La lampe frontale
    Autre indispensable, la lampe frontale, la classique : Petzl pour tous les amateurs d’escalade. Chacun la nôtre, et dès la nuit tombée, elle devient très utile que ce soit pour lire ou pour aller au petit coin sans faire de mauvaise rencontre ou tout simplement ne pas se prendre les pieds dans les tendeurs de la tente (ce qui arrive toujours, malgré tout). Nos lampes frontales sont super vieilles, mais elles fonctionnent toujours très bien et chacun sa couleur ainsi, on ne confond pas. De plus, pour 70g on n’allait pas se priver.
  • La moustiquaire
    Pas obligatoire, mais bien pratique en Asie, surtout avec la dengue, le palu et autres joyeusetés que les moustiques nous apportent, elle sera bien utile durant notre périple.
    Notre tente est équipée, mais il ne sera pas du luxe de rajouter une moustiquaire que ce soit dans la tente, comme dans les auberges dans lesquelles nous pourrions aller.

Soit un total de 7kg800 pour notre matériel de camping. On pourrait réduire ce poids en achetant une tente de meilleure qualité, plus légère… cela sera pour une autre fois.

Voilà notre revue de matériel pour camper, mais ce n’est pas tout. Tout avoir pour dormir, c’est une bonne chose, ok, mais, il faut bien manger aussi.
Alors, on continue le détail de l’équipement catering :

  • Le réchaud multicombustible+sa bouteille, idéal, partout dans le monde, 510g.
    Minuccia a le « Whisperlite » de chez MSR avec lequel on peut utiliser le Gaz, l’essence C, l’essence sans plomb et même le kérosène, il suffit juste de changer le gicleur en fonction du combustible.
    C’est Tony qui est au fourneau, Minuccia ayant quelques réticences à utiliser le feu et le gaz, ou l’essence.
    Elle monte le campement pendant que Tony cuisine. Chacun son rôle.
  • La popote
    Toute simple, de chez Décathlon, 455g. Nous l’utilisons individuellement et ensemble depuis des années, elle nous convient tout à fait. Deux jeux, de couverts (fourchettes, cuillères), tasses, plats et tout roule.
    On rajoute nos couteaux suisses et c’est tout bon.
  • En vrac :
    Torchons, planche à découper, sac en tissu pour la conservation, boîtes à épices, pinces pour fermer les sachets, un filtre à eau Katadyn, une éponge, un briquet, une pierre à feu, deux bidons en inox thermos bouchon sport et deux bidons thermos classique de chez Laken. On s’offre même le luxe d’une machine à espresso handpresso avec sa housse à 480g.

Soit un total de 3kg800 pour tout notre équipement catering.

Et voilà, c’est parti pour l’aventure en autonomie, il ne reste plus qu’à faire les courses au marché et nous sommes prêts à cuisiner et poser le campement et le tout en zéro déchet. Ecolo-green-traveler, c’est un peu notre façon de penser nos voyages.

4 Replies to “Le camping en voyage à vélo”

  1. Ai réussi à lire …
    Belles images mais préfère mon pti konfor …
    Bonne route etgaroku….. douloureux ……
    Bisous !

    1. Ahah oui ça risque d’être douloureux au début. Merci d’être venue nous lire. Bisous

  2. Ah la machine à expresso , excellent pour nos voyages en moto, prochain achat du coup …
    Bon Noel

    1. Bon noël à vous aussi. On va tester voir si ça vaut le coup cette machine, on te dira si c’est bien 😉

Laisser un commentaire