Let’s go to Greenland

Hello la famille, les amis, la terre de glace n’était qu’une étape pour aller vers Kalaallit Nunaat : le Groenland !

8h l’heure du petit déj au B&B avec les ritaux sympathiques. Le temps de faire une petite géocache près de l’église du coin et nous voilà partis pour l’aéroport domestique de Reykjavik en compagnie d’une troisième personne de notre futur groupe.

IMG_0988.jpg

11h55 Décollage de notre petit avion pour la seconde île la plus grande du monde.
Après 1h20 de vol, nous attendons nos guides comme indiqué sur notre mail de voyage à l’aéroport, mais y’a personne. Restant seuls à l’aéroport, une hôtesse vient nous voir et nous appelle le bus de l’hôtel.

Une bonne douche et nous voilà partis à la découverte de Kulusuk tous les trois. Je ne sais pas si c’est l’euphorie du voyage (ou les mauvaises infos d’Allibert) mais nous n’arrêtons pas de rire et nous nous inventons des histoires sur notre futur périple.

Premier émoi : le fjord de Kulusuk et ses icebergs !

Nous descendons en « ville », où l’animation est à son comble avant la fermeture du petit commerce. Nous déambulons dans les chemins, au travers des maisons colorées et nous nous asseyons en bord de falaise pour simplement contempler la nature. PAN, un coup de fusil est tiré derrière nous à notre gauche et nous apercevons une tache de sang dans l’eau, le phoque est atteint. C’est surprenant, on avait vu le chasseur, mais absolument pas le phoque… Ni une, ni deux, un bateau part récupérer la proie.

Nous n’avons pas bougé et un groupe de touristes à la journée (des excursions sont possibles depuis Reykjavik) vient à nos côtés. Une jeune femme vêtue des habits inuits traditionnels les accompagne et nous profitons de sa performance. Elle chante et joue d’un tambour inuit. Ici, se trouve une sculpture, un buste de Milka Miilikka Kuitse, une célèbre joueuse de tambour inuit. C’est un chant très doux, aux consonances accrochées de la voyelle fermée antérieure comme le [i] et de la consonne occlusive vélaire sourde [k] … et nous avons perdu ici toutes traces de Minuccia, la linguiste passionnée du système phonétique des langues.

Bref, les paysages au loin sont superbes, même si malheureusement Kulusuk ressemble à une décharge à ciel ouvert. Un week-end de make it clean où tout le monde ramasserait les détritus et cela pourrait reprendre de sa superbe, non ?

Après une géocache au joli point de vue et une géocache aéroportuaire jamais trouvée, nous délirons à l’hôtel où nous n’avons pas accès au dîner du soir. Il y a là un groupe de touristes chinois dont leur guide est ultra autoritaire et dont nous retiendrons son efficacité. Elle se présente à la porte de la cuisine et s’exprime ainsi : « Chef, one question » et bam elle obtient ce qu’elle veut sur le champ, c’est dingue !
Assis à une table du bar nous mangeons nos sandwichs de supermarché et nous rions à gorges déployées quand soudain le téléphone sonne. Justement,  le chef, qui a l’air féroce, nous regarde du coin de l’oeil et dit : « tri pipole ? Yes, aie si zem », gloups, c’est pour nous !

Nous voilà rassurés, nos guides ne nous ont pas oubliés et nous allons enfin avoir des infos sur notre séjour somptueux, grâce à eux, entre autres.

Nous avons choisi de faire un trek organisé dans l’Est du Groenland avec Allibert Trekking, mais en fait il s’agit d’un trek bâti par Karavaniers, une super agence québécoise.

2 Replies to “Let’s go to Greenland”

  1. Ça nous fait voyager avec vous un peu. Gros bisous

    1. On essaie de faire ça bien 😉 et merci pour les coms. Gros bisous

Laisser un commentaire