Singapour

Hello la famille, les amis,

Après Kuala Lumpur, le temps de repos, nous avons pris le bus pour rejoindre la ville État de Singapour.

Alors prendre le bus de Kuala Lumpur à Singapour c’est facile, sauf qu’avec des vélos beaucoup moins.

Il faut dire que lorsque Tony va mettre les vélos dans le coffre du bus le chauffeur lui dit que ce n’est pas possible. Il fait mine de ne pas comprendre et enfourne les vélos et les sacoches.

Le chauffeur n’a de cesse de nous dire que ce n’est pas possible, qu’on ne peut pas passer la frontière avec des vélos en bagages. Nous on sait que le pont est interdit aux cyclistes et qu’on a pas vraiment d’autre choix que de les passer en bagages.

Durant les 5h de trajet, le chauffeur n’aura de cesse de téléphoner à son patron et à on ne sait pas qui d’autre. Tout ce qu’on comprend c’est : vélo, deux, Singapour, interdit.

Arrivés à la frontière, on se demande bien ce qu’il va se passer pour nous. Il faut descendre du bus et le vider. La on saute sur le douanier et on lui explique rapido le coup des vélos en bagages et ouf il est sympa, peut être déjà au courant avec les coups de fil du chauffeur. Mais on n’aura pas à descendre les vélos. On prend les sacoches et on file passer la douane.

De la bouffe, des couteaux et du réchaud, ils en ont que faire mais ils veulent surtout savoir si on fume et si on ne cache pas des cigarettes. Totalement interloqués, on leur répond à 5 reprises que non, on ne fume pas ! Si nous avons un briquet, c’est uniquement pour allumer notre réchaud.

Finalement tout se passe bien et nous voilà à Singapour, à vélo pour rejoindre notre hôtel.

Le lendemain nous explorons le quartier et avec l’application eatigo nous réservons un buffet chinois. Il s’agit d’une sorte de fondue bourguignonne sauf qu’on a pas de viande autre que du poulet. On plonge donc les légumes, le poisson et le poulet dans la soupe chauffée et une fois cuit, on déguste. C’est plein de saveurs, c’est bon.

Nous prenons nos marques sans faire les incontournables de la ville car nous attendons l’un des meilleurs amis de Minuccia qui nous rejoint ici pour quelques jours.

D’ailleurs, n’hésitez pas à venir nous rejoindre quelque part, c’est une super surprise pour nous et toujours un bon moment à partager.

Du coup, on se balade dans les parcs tout en faisant du geocaching.

Le soir, on fait tout de même un tour en ville, voyant au loin les arbres du jardin de la baie s’illuminer et le merlion, célèbre fontaine sculptée, emblème de la ville avec son son et lumière.

Nous changeons d’hôtel et de quartiers et nous attendons avec impatience l’arrivée de l’ami !

Nous nous mettons à son rythme, donc un tour de ville le soir pour le fatiguer complètement et le mettre à l’heure locale et nous suivrons ses visites dès le lendemain.

Il faut dire qu’il est un puits de science et nous le suivrons comme un groupe suit son guide.

Nous entamerons donc les visites de quartiers. Little India avec ses multiples temples et ses maisons colorées et surtout les odeurs délicieuses des restaurants.

Le quartier des musées en centre ville, on observe les architectures diverses qui se mélangent dans la ville, on teste les food court avec délectation. On visite la coupole et le musée de la cour suprême.

Et puis surtout, on passe beaucoup de temps aux jardins de la baie pour visiter le dôme de la forêt tropicale. C’est superbe ! On y revient le soir pour voir le spectacle de son et lumière. Plus de détails ici

Le séjour se termine et il est temps pour nous de faire les cartons. Nous alourdissons l’ami de nos kilos en trop (si quelqu’un va dans le sud-ouest qu’il nous fasse signe afin qu’il récupère notre bagage chez cet ami afin de le libérer, merci) et nous partons pour l’aéroport.

On pèse les vélos et on dépasse de 5kilos.

On refait le tri et on jette les 5 kilos de trop. On repèse les vélos et on est bon. Arrivés au comptoir, rien à faire l’argent sur nos comptes ne leur convient pas, ils veulent impérativement que l’on montre des billets de sortie du pays où nous allons

Nous partons pour Auckland et nous ne voulions pas nous pressés pour en partir. Nous avons, passeport français aidant, trois mois sans visa sur place d’autorisés. Nous déciderons donc de prendre des billets d’avion au départ de Christchurch deux mois après notre arrivée à Auckland.

Une fois les billets pris, on veut bien nous laisser embarquer et nous voilà enfin tranquille pour ce nouveau voyage.

Destination : Nouvelle-Zélande pour deux mois.

Laisser un commentaire