Macao

Bom dia depuis l’ancien port colonial portugais de Macao.

L’enfer du jeu, comme certains diraient. Nous, on opte pour l’enfer du régime (rires).

Ici, on a l’impression de connaître, de retrouver des repères. C’est la Méditerranée à l’autre bout du monde. C’est les odeurs de la cuisine portugaise faite par des asiatiques.

Alors, après un rapide tour dans les casinos pour voir la démesure que c’est de recréer Venise en intérieur et les rues de Paris jusqu’à la Tour Eiffel, nous avons préféré profiter des rues et ruelles des îles et passer d’un restaurant à un parc pour digérer en regardant les hommes jouer à des dominos, cartes et échecs.

On n’a pas tout compris aux règles, mais on est sûrs qu’il y en a un qui trichait.

Macao, c’est ça, c’est un peu de douceur de vivre et des bons petits plats. Tu finis toujours avec un pasteis de nana à la main et un ou deux autres dans le sac à dos !

On a fait du geocaching ici et on a même trouvé un objet voyageur (c’est un objet laissé dans la boîte qui a un but. Celui que nous avons trouvé a pour but de voyager à travers le monde avant de revenir chez lui en Belgique). Il a été laissé là par un belge et il faut le faire voyager. Alors, depuis on cherche une geocache assez grande pour le rapprocher de chez lui.

Nous avons beaucoup aimé l’architecture coloniale de Macao. Ce qui est charmant, c’est le mélange du bâtiment colonial avec  ses azuléjos et le toît asiatique, un concentré d’un peu tout qui est parfois surprenant.

Macao, c’était une pause bénéfique pour nous après les autres régions de la Chine que nous avions pu découvrir. Nous gardons un peu de rancoeur sur le refus pour nous de pouvoir faire du vélo dans ce grand pays, mais nous nous sommes ressourcés ici et un peu réconciliés avec l’empire du milieu.

La prochaine fois, on traversera le pays à vélo, à la découverte des régions reculées de la Chine, du Tibet et des montagnes où de vieux sages soignent les gens rien qu’en prenant leur pouls et en leur prescrivant des plantes. Mais ça, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire