21 millions de Pékinois et moi et moi et moi

Hello la famille, les amis,

Comme nous vous le disions dans notre dernier article sur Pékin, nous avons mal commencé notre séjour dans cette ville. Mais nous ne nous sommes pas laissés démonter par cette première impression car nous avions un programme qui nous faisait envie.

Mais est-ce que ce dernier allait pouvoir améliorer notre feeling avec la capitale ?

Tout d’abord, il faut savoir que Pékin, dont la population est de 21 millions d’habitants, est la capitale, mais pas la ville la plus peuplée de Chine qui est Shanghai, notre prochaine destination. Mais ça représente quand même un tiers de la France, dans une seule ville ! Imaginez donc que ça grouille de partout ! Et la pollution, n’en parlons pas…

Au programme de la première journée, nous avions du lourd. Nous avons commandé un DiDi, équivalent d’Uber, pour nous rendre place Tian’Anmen. A peine arrivés, nous ne pouvions pas manquer ce portrait gigantesque de Mao érigé sur la porte de la paix céleste, une des entrées de la cité interdite, l’objectif du jour. Et nous avons eu le temps de l’observer, car traverser cette place est déjà une belle promenade. En effet, elle fait plus de 800 m de long.

Une fois entrés dans le palais ancien, qui est l’appellation chinoise de la cité interdite, nous en avons pris plein la vue. C’est littéralement une ville dans la ville. Les portes et les temples se succèdent et bien que le plan de la cité était très clair et l’architecture assez logique, nous avions une impression de labyrinthe du fait que tout se ressemblait.

Nous avons passé plusieurs heures sur place et nous avions l’impression de ne jamais arriver au bout.

Si vous avez l’occasion d’y aller, nous vous conseillons fortement de rester jusqu’au coucher du soleil, lorsque la lumière des rayons du soleil fait s’illuminer toutes les dorures des temples.

Durant notre séjour à Pékin, nous sommes également allés visiter le parc du palais d’été. A 17 km du centre ville, l’air y est plus respirable et nous avons apprécié cette journée au vert. Nous avons profité du parc en faisant une grande balade de 15 km et nous avons aussi loué une Rosalie pour faire un tour de vélo passant de ponts en îles pour découvrir les différents palais.

Dernier grand temple pour nos visites, nous sommes allés au sud de la ville pour découvrir le palais du paradis.

Encore une fois, être plongés dans un vaste parc nous a permis de respirer et nous a fait le plus grand bien. C’est à force de tourner dans tous les sens pour voir temples et portes que la faim nous a traînés hors du parc. Nous avons déniché une cantine locale pour nous restaurer, où seuls les locaux semblaient venir. Personne ne parlant anglais et n’ayant aucune indication, c’est en montrant que nous avons choisi nos plats. Un énorme wok de légumes et de potage pour trois, deux gros beignets de bœuf et un de légumes, des morceaux de canard laqué et plein de desserts : à la rose, d’autres au goût indéfini ressemblant à des raviolis que nous avons mangés froids, alors qu’il fallait les chauffer, ou encore ces gâteaux à la fausse forme de bretzel et au goût sucré et fondant comme du caramel dont nous ne connaissons pas le nom. Une cantine pas chère du tout, d’où nous sommes sortis repus.

Dernier jour à Pékin, nous avons choisi d’aller dans la rue piétonne du « department store ». Grande rue commerçante où toutes les grandes marques se livrent une bataille d’écrans géants… pas vraiment ce qu’on aime. Mais ce lieu marque surtout l’emplacement au nord, d’une rue très animée et tout à fait typique. Une rue qui grouille de monde et qui te parfume au graillon. Oui, il s’agit d’une rue remplie d’échoppes de nourriture en tout genre. Brochettes de poulpe, de canard, de bœuf, de scorpions ou de mille-pattes, de fruits plongés dans le sucre, de nouilles chinoises, de soupes, de fruits, de crêpes, de glaces, de thé fumant (on ne sait pas ce que c’est, mais cela semblait très chimique). Nous n’avons pas résisté à faire la photo de touristes et nous avons goûté au scorpion. Aucun goût particulier, si ce n’est le goût de friture de n’importe quel aliment frit…

Outre les visites touristiques classiques, nous avons aussi exploré les hutongs. Quartiers originels de Pékin, ils disparaissent petit à petit. Ces labyrinthes de ruelles étroites nous ont, selon nous, montré le vrai Pékin. On avait parfois peur et nous n’avons pas poussé les portes, mais plutôt rebroussé chemin à de multiples reprises. Notre hôtel étant situé dans un hutong, nous avons pu goûter à l’ambiance qui y régnait en nous attablant les premiers dans un restaurant aussitôt pris d’assaut par les locaux.

Bref Pékin, c’est fini pour nous en terme de visites, mais nous vous préparons un prochain article, toujours sur ce lieu, plein d’avancées technologiques. C’est plutôt le domaine de Tony qui, vous le lirez, a été subjugué par ces avancées…

Mais pour lire tout cela, il faudra revenir dans quelques jours ici 😉

2 Replies to “21 millions de Pékinois et moi et moi et moi”

  1. très jolie la photo avec les lanternes.
    et bien tout est impressionnant là-bas et la gastronomie assez déroutante
    bravo pour avoir tenté la brochette de scorpions, vous pouvez intégrer une tribu de suricates, maintenant !!

    1. Le scorpion c’est pour les touristes mais ok on valide la tribu de suricates 🙂

Laisser un commentaire