Choisir et régler son vélo pour se balader

Hello la famille, les amis, les aventuriers à vélo,

Nous vous proposons un article, pour vous faire part de notre choix de vélo et vous donner en exemple la préparation de nos montures.

Des vélos, il y en a de toutes sortes. Nous vous l’avons dit, nous en avons une vraie collection, ce qui peut paraître stupide car avec un seul popotin, on ne peut utiliser qu’un seul destrier à la fois. Nous sommes donc de gros veinards de pouvoir cumuler (accumuler) autant de vélos chez nous.
Et puis, il faut bien le préciser, l’industrie du vélo ne propose pas de vélo polyvalent. Ainsi, à chaque type de sortie son vélo.

Il y a donc :

  • les vélos de course/vélos de route
    Minuccia s’est monté un vélo de course avec des pièces italmanubri (super marque de produits très légers et résistants) dont un cintre super training qu’elle adore, le tout made in Italy et Shimano pour la transmission (pédalier, cassette, dérailleur, manettes de vitesse et de frein). En plus, il est rose, même si elle aurait aimé qu’il soit bleu ou vert, ses couleurs préférées, mais bon, elle reste féminine ainsi. Tony, lui, rêve encore de son futur vélo de course.

  • les VTC
    Le vélo classique vers lequel nous avons orienté nos parents, afin de les pousser à faire du vélo et rejoindre notre « secte ». Il s’agit d’un vélo confortable, au cintre droit sur lequel la transmission et les accessoires sont basiques, mais tout à fait suffisants et suffisamment robustes.

  • Les VTT
    Super pour se balader sur des sentiers moins roulants que le bitume, grâce à leurs pneus à crampons. On les trouve aujourd’hui avec des suspensions avant et arrière pour plus de confort, mais cela les rend plus lourds.
    On trouve trois diamètres différents pour les roues : 26 pouces (les premières générations, comme celui de Minuccia qui, en plus, est sans suspension), 27.5 pouces et 29 pouces.
    Plus la roue est grande, plus on va vite, et plus on peut franchir des obstacles importants, mais on perd en maniabilité…

  • Les Vélos à assistance électrique (VAE)
    Flash n’a qu’à bien se tenir ! Super pour permettre une activité physique tout en douceur. Cela permet à la maman de Minuccia de « presque » pouvoir la suivre lorsqu’elle est avec son vélo de course et qu’elles vont acheter le pain au village du coin.

  • Les Randonneuses
    On a failli craquer, mais on n’avait pas le budget et Minuccia préfère une position plus relevée, du type vélo hollandais. Or, avec une randonneuse, on est un peu couché. En somme, la randonneuse ou le gravel, c’est un vélo de course avec d’autres roues qui permet donc de s’aventurer sur des routes non bitumées.
    C’est le vélo de nos papis aventuriers avec sacoches pour chemins en tout genre.
    Niveau look, c’est la classe assurée !

  • Les mini vélos/vélos pliants
    Hyper pratique ! Tu le glisses dans le coffre de ta 205 en un coup de pouce et tu ne prends pas de place dans le train aux heures de pointe quand les non cyclistes t’insultent.
    De qualités différentes, ils sont de plus en plus nombreux. On parle des Brompton qui sont excellents niveau qualité, robustesse et confort, mais niveau prix, gloups, cela reste un gros budget.
    Décathlon propose des vélos pliants de bonne qualité, même si l’utilisation doit être modérée.

  • Le tandem
    Non, en tandem,ce n’est pas QUE celui de devant qui pédale. Les efforts sont communs et agrégés.
    C’est vraiment pratique lorsque les deux personnes n’ont pas le même niveau, la balade n’en est que plus agréable.
    On pense également au club de vélo pour aveugle et c’est vraiment super de pouvoir faire profiter de ce moyen de transport à quelqu’un en difficulté. Aveugle ou pas d’ailleurs, il est très agréable de partager le ressenti de la balade à deux. On mutualise nos efforts et on profite ensemble des sensations du vélo.

  • Les vélos de ville / vélos hollandais
    Les vélos de ville, enfin ce que nous dénommons ainsi, sont les vélos classiques de nos grands parents, ils sont bien lourds et robustes, souvent ils n’ont que trois vitesses, des fois pas du tout, un panier à l’avant, deux sacoches à l’arrière et hop, roulez jeunesse !
    Vous verriez le vélo que Minuccia utilise pour aller au boulot, ça fait presque peur, tellement il est bidouillé de partout. Elle a même cousu une bouteille en plastique en guise de protège chaîne, c’est pour vous dire. En tout cas, cela dissuade les voleurs. Je crois qu’il n’y a qu’elle qui peut monter et piloter cet engin, si vous essayez, c’est à vos risques et périls et la chute est assurée, c’est certain.
    Les vélos que nous appelons hollandais sont des vélos relativement hauts et lourds et ils ont le rétropédalage. Indispensables lorsque l’on vit dans des pays où le froid est très présent. Oui, avec le rétro pédalage, tu pourras freiner, même par -25degrés, alors que tes freins, eux, seront gelés.

Alors , alors 🙂
Pour notre grande balade autour du monde, nous avons opté pour… l’aménagement total et complet de nos propres vélos.

Eh oui, nous avons mixé tout ce qui nous plaisait chez le vélo de course, la randonneuse, le VTC et le VTT ; des VTT eh oui, pas de tandem. En effet, si un accident arrivait, nous voudrions pouvoir aller chercher de l’aide avec un vélo et une personne encore valide. Et puis, il faut le dire aussi, c’est un peu d’égoïsme qui nous pousse à prendre chacun notre vélo, afin de faire notre tour du monde individuel, chacun son effort, son ressenti et pas de mutualisation. Celle-ci se fera lors des coups de mous.

Nous n’avons pas la même énergie et les mêmes envies aux mêmes moments, il nous sera donc possible de nous encourager et de nous soutenir comme de nous séparer pour quelques heures ou plus.

Ainsi donc, nos vélos sont uniques et ils nous ressemblent. Nous sommes partis sur la base de VTT Giant CRS 2, qui sont de bons vélos robustes de 2010.

En fait, on n’en a gardé que le cadre…. nous avons changé tout le reste et chacun a fait cela selon ses goûts, ses envies et ses besoins.

Nous n’avons donc pas le même cintre, bien qu’il s’agisse de deux cintres multipositions (ou oreilles d’éléphant ou encore papillon, comme on les appelle). Nous n’avons pas les mêmes tête de cintre, car nous n’avons pas la même position.

Comment choisir son vélo : une fois que vous avez choisi le type de vélo qui vous convient et qui est adapté à l’activité souhaitée, à quoi faut-il faire attention ?

  • la taille du cadre et le réglage du cintre : eh oui, la taille du vélo, c’est la base. Trop grand ou trop petit, des douleurs apparaitront et ça, on n’en veut pas. En cas d’hésitation entre deux tailles, préférez la plus petite. Il faut à tout prix que vous soyez à l’aise.
    Si vous avez les bras tendus, c’est pas bon, vous serez trop couché et aie aie aie les tendinites et le mal de dos.

Pour bien choisir, on nous a appris qu’il fallait une inclinaison à 45 degrés du buste. Mais il faut s’écouter. Pour Minuccia, cette position est trop douloureuse. Elle doit être plus droite. Tony également d’ailleurs, et c’est bien la preuve que le confort est propre à chacun.

Minuccia est très relevée, anatomie féminine oblige, être penchée en avant quand on a une poitrine imposante et lourde, cela provoque rapidement des douleurs musculaires et des tendinites qu’il faut éviter lors d’un long voyage. Et puis, suite à des fractures de vertèbres, elle ne peut pas garder une position penchée trop longtemps. Ainsi, elle a sur son vélo de trek, la même position que sur un vélo de ville hollandais, très droite, mais très confortable.

Pour faire simple quand tu montes sur la selle du vélo, tes mains doivent naturellement se placer sur le guidon. Si t’es trop penché, c’est que le vélo est trop grand. Si t’es assis droit comme un i, c’est qu’il est trop petit.

Ce qui est encore une fois, super sympa dans l’industrie du vélo, c’est que tu as beau connaître ta taille pour le cadre de ton vélo de course, cette taille sera différente pour un vélo d’une autre marque et pour un VTT, donc en gros, faut ABSOLUMENT essayer le vélo avant de l’acheter.

  • Hauteur de selle
    Eh non, on ne règle pas sa selle de façon à ce que nos pieds touchent le sol, FAUX, pas bien !
    Ah c’est sûr, c’est rassurant d’avoir le pied qui touche le sol à l’arrêt, mais, du coup, vous ne vous en rendez pas compte, mais la selle est bien trop basse et du coup, vous ne pouvez pas actionner correctement vos jambes. En plus, ça comprime vachement le périnée et ce n’est pas bon du tout.

Pour trouver la bonne hauteur, les cyclistes disent qu’il faut multiplier la hauteur de l’entrejambe par 0.875. Cela donnerait la hauteur en cm de l’axe du pédalier au sommet de la selle…
Nous, on fait plus simple, je vous rappelle que Minuccia n’aime pas trop les maths hormis en période de soldes où elle devient la plus brillante des mathématiciennes.
Du coup, nous, on met le pied sur la pédale, pédale en bas, on tend la jambe en gardant une petite flexion et Ringo, on a la bonne mesure pour la hauteur de selle. On n’est pas des pros et Minuccia semble avoir les jambes qui s’allongent les trois premiers jours de vélo, car nous ne faisons que remonter sa selle, mais cette technique fonctionne.

Bien sûr, ces mesures sont propres à chacun, cela dépend de votre souplesse, entre Tony et Minuccia, c’est un peu le poteau électrique et le roseau par exemple, d’éventuels traumatismes, de votre morphologie etc.
Le tout, c’est de ne pas faire comme Tony :p, il ne faut surtout pas vous déhancher pendant que vous pédalez.

Le bassin doit rester fixe à tout prix !

  • Réglage de la selle
    Attention, la selle doit être droite, surtout pas penchée en avant ni en arrière. On la règle au niveau à bulle pour être sûr.

Voilà, nous, c’est comme cela que nous choisissons nos vélos et que nous les réglons à notre taille. On espère que cet article vous aidera dans le choix de vos futurs bolides.

N’hésitez pas à nous dire quel type de vélo vous utilisez et comment vous le choisissez.

Laisser un commentaire