Comment lire une carte ?

Hello les amis, la famille, et tout ceux qui ne savent pas lire une carte !

On vous propose un post à 4 mains, avec didascalies et tout.
Bonne lecture !

Tony : -« Minuccia, ma boussole, elle sait toujours où se trouve le Nord, ce qui est assez drôle de lui demander n’importe quand, n’importe où… »

Minuccia : -« Non, ce n’est pas drôle, c’est fatigant parfois…lol »

Tony : -« Hum. Bref, Minuccia va aujourd’hui essayer dans cet article de vous expliquer comment lire une carte pour monter vos itinéraires à vélo.

Perso, je lui laisse la main, le sens de l’orientation, ce n’est pas mon fort et puis, c’est plutôt cool de se laisser porter. D’autant que peu importe où nous nous trouvons, elle sait toujours où nous sommes exactement et où nous allons. Tout comme moi – mauvaise foi incluse. »

Minuccia : -« C’est cela oui, je vais reprendre la main.

Car Tony ne vous dit pas la vérité, il n’a jamais la moindre idée d’où nous sommes et où nous avons pu laisser nos vélos, ou encore où peut se trouver notre campement.

Alors, en effet, la boussole, c’est moi et la préposée aux cartes et itinéraires, c’est moi aussi 🙂

Hihi, c’est moi qui choisit où on va et ce qu’on verra, ahahahah (rire diabolique).

C’est souvent à base de, « mais si, ça passe », « moi, je pense que ça passe« , ou encore de « il doit bien y avoir une route là, c’est obligé, les gens sont pas cons« , que nous allons au devant de belles découvertes.

  Vous allez me dire, « eh cocotte, tu connais le GPS ? C’est hyper pratique et tu te casses pas la tête ».
Oui, c’est vrai, mais :

1- la technologie et moi, ça fait 2, majuscule, si tu vois ce que je veux dire. Tony, le high tech du duo, vous le confirmera, rien ne fonctionne jamais avec moi. Je suis le bêta test qui fait crasher n’importe quelle machine ou application.

2- les cartes apportent d’autres éléments de lecture que les GPS, comme les dénivelés, la nature du terrain.

3- c’est vintage, c’est bien à la mode en ce moment, le vintage, non ?

Du coup, en lisant une carte, vous pourrez choisir votre itinéraire et pas seulement suivre celui que votre GPS pourrait vous proposer. Et, point hyper important, sur la carte, vous verrez les dénivellations

Bien, rentrons dans le vif du sujet, comment lire une carte ?

D’abord, l’échelle. C’est ultra important pour bien s’orienter. Cela vous permet d’évaluer les distances et de prévoir vos étapes, mais aussi de visualiser tous les points stratégiques pour vous repérer, (type : croisement, hameau, etc).

Nota bene : l’échelle 1 / 250 000, signifie qu’un 1 cm sur cette carte représente en réalité 250 000 cm sur le terrain, c’est-à-dire 2 500 m ou encore 2,5 km.

On utilise donc l’égalité suivante :

dimension réelle = dimension sur la carte × 250 000.

Hey Tony, regarde j’ai fait des maths !! Youhou. C’est le seul cas où je sais faire des maths.

Tony : -« Non, pendant les soldes, t’es hyper douée aussi pour calculer les réductions sur les paires de chaussures…sic »

Minuccia : -« Pfff. Revenons à nos cartes. Si l’échelle est importante, c’est aussi parce que vous allez choisir une carte en fonction de votre activité.

Eh oui, tu vois, une carte 1 / 25 000, c’est cool pour une randonnée à pied, mais une carte 1 / 50 000, c’est pas mal pour le vélo, et les cartes 1 / 1 500 000 (1cm=15 km) c’est quand vous êtes en voiture, sinon, c’est un galère pour le vélo (où alors tu pleures un peu parce que tu vois rien et que tu as l’impression de pas avancer sur ta carte).

Nous, on opte pour les cartes IGN qui sont carrément géniales pour la France. Ils ont quadrillé le territoire, un truc de malade. Et puis, Michelin qui propose des cartes de PARTOUT, pour parcourir le monde, c’est top. Ainsi, entre IGN et Michelin, on peut vraiment parcourir le monde entier.

Cela dit, pour les pays étrangers, les échelles  ne sont pas des plus précises pour les voyages à vélo et le 1cm=8 km, ça donne des sueurs froides parfois. »

Tony : -« Comme la fois, au Kosovo, à la frontière albanaise, où la petite route s’était transformée en autoroute ? »

Minuccia : -« Y’a un peu de ça. La carte n’était pas à jour et puis les albanais ne se sont pas embêtés. Ils n’ont pas conservé la route départementale, ils ont posé l’autoroute par dessus, laissant à droite et à gauche des morceaux de la départementale. C’était pas de ma faute ! »

Tony : -« Ou la fois où on a pris l’autoroute à vélo en Bulgarie pour aller sur les bords de la mer Noire ? »

Minuccia : -« Hum, non là, c’est que c’était plus direct et plus rapide. Et puis, ça c’est bien passé. On était à fond, nickel. »

Tony : -« Si, dorénavant, tu peux éviter au maximum les autoroutes, c’est cool. »

Minuccia : -« Je fais ce que je peux avec les outils que j’ai… »

Sinon, bien sûr, pensez à bien vous approprier la légende de votre carte, histoire de pas confondre les départementales et les autoroutes 🙂

Une fois en vadrouille, facile. Sur une carte, le Nord est toujours en haut (sauf indication contraire et si tu tiens bien la carte à l’endroit). On sort la boussole, et c’est parti.
Et puis, il est toujours super intéressant de sortir la carte et de discuter avec des locaux, même sans carte d’ailleurs !

Alors, et vous ? Vous savez lire une carte ?

2 Replies to “Comment lire une carte ?”

  1. Oui, et j’adore les cartes et les atlas ! Je me souviens d’enguelades en voiture avec un GPS première génération qui t’emmenait à Bayonne par les routes secondaires et lotissements. Alors qu’il n’y avait qu’à suivre les panneaux ! 🙂

    1. Mais oui, c’est toujours comme ça, alors que si on lève le nez de l’électronique on trouve sa route, où alors on se perd mais on visite :p

Laisser un commentaire