Nantes, faites le voyage !

Hello la famille, les amis, il est un estuaire à nos fleuves de soupirs…

Oui, il y a quelques mois nous étions, vous avez devinez avec l’air de la chanson (et puis avec le titre) : à Nantes d’où l’estuaire de la Loire, tout ça tout ça.

Cela dit, ce séjour là, nous n’avons fait que rester en ville. Mais nous avions déjà parcouru cette portion à vélo lorsque nous avions effectué Dijon-la Baule, un bike-trip qu’il faudra que l’on vous conte un de ces jours.

Bref, revenons en ville et surtout à sa découverte.

Nantes, en Loire Atlantique, département 44, c’est une ville ni trop grande, ni trop petite dans laquelle il est plaisant de flâner.

Blason de Nantes

En voici le blason. On se prend d’une passion pour l’héraldique en ce moment avec Tony, du coup, on va essayer d’étoffer nos connaissances dans le domaine et de vous les partager.

La présentation héraldique se veut ainsi :
« De gueules au vaisseau équipé d’or, habillé d’hermine, voguant sur une mer de sinople mouvant de la pointe et ondée d’argent, au chef aussi d’hermine. La nef d’or, symbole du commerce portuaire, vogue sur une mer de sinople, couleur symbolisant le fleuve qui se jette dans l’Océan Atlantique. L’hermine et sa moucheture typique évoque le blasonnement d’hermine plain de la Bretagne, rappelant l’appartenance de la ville à l’ancien duché de Bretagne, dont Nantes a été l’une des capitales. »  (source : wikipédia)

La devise de la ville est : Favet Neptunus Eunti => Que Neptune favorise le voyageur

 

Oui, oui, cultivons nous de nos blasons et devises, l’Histoire de France est tellement riche.

C’est en parcourant les divers quartiers emblématiques de Nantes (Quartier des Olivettes, Quartier Chantenay, Quartier Bouffay – le quartier médiéval, Trentemoult, Île de Nantes etc.), observant les maisons à colombages et les hôtels particuliers, qu’on en saisit son histoire.

La première chose que l’on voit c’est le Château des Ducs de Bretagne et la statue d’Anne de Bretagne. Pour l’occasion, cet été, nous avons profité d’un toboggan accolé aux remparts. Une descente abrupte et rapide mais surtout divertissante.

On pourrait dire d’ailleurs que Nantes n’est pas en manque de divertissements. En effet après la visite du Château c’est vers les machines de l’île que nous nous sommes dirigés. Vous avez sûrement entendu parlé du grand éléphant de ce lieu d’exposition et d’animation. C’est ce qui est le plus impressionnant.
Tout au bout, à l’ouest de cette île, on trouve le Hangar à bananes, et pour y arriver on longe les Anneaux de Buren, où nous trouvons des restaurants mais aussi des bars de nuits et des discothèques. Ce n’est pas notre truc du coup, on ne pourra pas vous en dire plus sur ces derniers lieux.

Dernière de nos visites hors centre ville : la biscuiterie Lefèvre Utile. Ben oui, les petits LU de votre enfance. Bon, aujourd’hui, il ne reste que la tour, mais au sommet, c’est une vue imprenable qui s’offre à vous. On y voit,  le château des ducs d’un coté, la cathédrale de l’autre et devant nous la butte Sainte-Anne, pas mal non !
Aujourd’hui, l’ancienne usine est un espace dédié aux activités culturelles et il se nomme : le Lieu Unique.

 

De retour en ville, le dimanche nous profitons d’un super brunch au restaunat la Cigale. Un endroit tout à fait au goût de Minuccia puisqu’il est de style art nouveau et voue une admiration inconditionnelle à cette décoration et architecture.

En face de nous, alors que nous sommes en terrasse, profitant des rayons du soleil chaleureux, se dresse le Théâtre Graslin qui fait office d’opéra. Devant celui-ci se trouvait une installation d’art un peu particulière. Une sorte de grosse machine, noire, en plastique, avec un film blanc à l’intérieur. Vu la chaleur dehors, on peut vous dire que c’était un vrai sauna à l’intérieur et que les visiteurs ne restaient pas bien longtemps dedans, nous non plus.

Empruntant les grandes artères de la ville nous sommes dirigés vers de nombreuses places toutes plus agréables les uns que les autres avec leur surprenants décors une grande roue en béton pas terminée. Des palmiers avec des singes sur une fausse île en béton également…

Minuccia m’entraîne également au passage Pomeraye sous prétexte d’architecture originale mais rapidement, je comprends que l’option shopping est au rendez vous et je devrai d’ailleurs porter notre nouvelle cafetière Bialetti prévue pour nos treks, toute la journée (en plus d’autres paquets, mais gentleman oblige…)

Dernière visite avant de terminer ce week-end à l’ouest, la Basilique Saint-Nicolas de Nantes. De style néo-gothique, nous sommes impressionnés par son envergure, mais cela est dû au fait qu’elle se trouve en plein centre ville et elle est entourée d’habitation. Autre fait remarquable, sa flèche avec huit anges dorés. Un bel édifice qui clôt en beauté donc, notre séjour.

Laisser un commentaire